Les choses humaines

PubliΓ© le 15 Avril 2020

Les choses humaines

Le confinement sanitaire vécu en ce moment a au moins le mérite d'ouvrir le champ des possibles littéraires. J’ai donc enfin pris le temps de lire le dernier Goncourt des lycéens. Une fois n'est pas coutume, je vais rédiger ma critique sous forme de liste. En ouvrant ce livre, vous découvrirez :

 

  • β„’'π’½π’Ύπ“ˆπ“‰π‘œπ’Ύπ“‡π‘’ 𝒹'π“Šπ“ƒ π’Έπ‘œπ“Šπ“…π“π‘’ 𝒹𝑒 π“…π‘œπ“Šπ“‹π‘œπ’Ύπ“‡. Jean est un célèbre journaliste politique français. Son épouse Claire est une essayiste connue pour ses engagements féministes. Ensemble ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale.
  • π’Ÿπ‘’π“ˆ π’»π’Άπ’Ύπ“‰π“ˆ 𝒹𝑒 π’»π’Ύπ’Έπ“‰π’Ύπ‘œπ“ƒ 𝒷𝒾𝑒𝓃 π“…π“‡π‘œπ’Έπ’½π‘’π“ˆ 𝒹𝑒 𝓁𝒢 𝓇𝑒́𝒢𝓁𝒾𝓉𝑒́ et de l’actualité sociale et médiatique, faisant pleinement écho aux révélations liées aux #metoo et #balancetonporc des mois précédents. L'auteure s'est par ailleurs grandement et librement inspirée du procès dit "de Stanford".
  • π’Ÿπ‘’π“ˆ π“‡π‘’Μπ’»π“π‘’π“π’Ύπ‘œπ“ƒπ“ˆ π“‚π“Šπ“π“‰π’Ύπ“…π“π‘’π“ˆ, π“ˆπ’Άπ“ƒπ“ˆ 𝓅𝒢𝓇𝓉𝒾 π“…π“‡π’Ύπ“ˆ, sur des sujets brûlants : le viol, le harcèlement sexuel, la "zone grise", l’emballement de la machine médiatico-judiciaire, la célébrité et ses faux-semblants, la détermination sociale, le lien entre justice et moralité... L’auteure nous fait envisager les différentes facettes de la réalité d’un drame à travers le prisme de la vérité de chacun des personnages. C'est vraiment bien vu.
  • Qu’en tant que lecteur, passez un bon quart du roman qui sert à présenter les personnages et le contexte, vous êtes π’Ήπ’Άπ“ƒπ“ˆ 𝓁𝒢 π“…π‘’π’Άπ“Š 𝒹’π“Šπ“ƒ π’Ώπ“Šπ“‡π‘’Μ 𝒹’π’Άπ“ˆπ“ˆπ’Ύπ“ˆπ‘’ π’Άπ“ˆπ“ˆπ’Ύπ“ˆπ“‰π’Άπ“ƒπ“‰ π’Άπ“Š π“…π“‡π‘œπ’Έπ‘’Μ€π“ˆ 𝒹’π“Šπ“ƒ π’Ώπ‘’π“Šπ“ƒπ‘’ π’½π‘œπ“‚π“‚π‘’ π’Άπ’Έπ’Έπ“Šπ“ˆπ‘’Μ 𝒹𝑒 π“‹π’Ύπ‘œπ“. Dès lors, on ne peut que se poser la question de la façon dont se positionner judiciairement parlant face à ce drame et ces multiples informations. Tout est retranscrit : les témoignages, les plaidoiries, etc. C’est parfois troublant, toujours instructif et intéressant.
  • 𝒰𝓃𝑒 π’Ύπ“ƒπ“‰π“‡π’Ύπ‘”π“Šπ‘’ 𝒷𝒾𝑒𝓃 π’Έπ‘œπ“ƒπ“ˆπ“‰π“‡π“Šπ’Ύπ“‰π‘’. Un premier tiers un peu long mais une suite addictive dès lors qu'on nous rapporte l'implacable cheminement judiciaire.
  • 𝒰𝓃𝑒 π“…π“‡π‘œπ“ˆπ‘’ qui amasse malheureusement les détails biographiques au détriment de vecteurs émotionnels. Un peu 𝒻𝒢𝒹𝑒 π“‚π’Άπ’Ύπ“ˆ π’»π“π“Šπ’Ύπ’Ήπ‘’.
  • π’Ÿπ‘’π“ˆ π“…π‘’π“‡π“ˆπ‘œπ“ƒπ“ƒπ’Άπ‘”π‘’π“ˆ 𝓅𝒢𝓇𝒻𝒢𝒾𝓉𝑒𝓂𝑒𝓃𝓉 π’Έπ’Άπ“‡π’Άπ’Έπ“‰π‘’Μπ“‡π’Ύπ“ˆπ‘’Μπ“ˆ, au point d'avoir la mine figée de dégoût à la lecture des agissements de Jean Farel notamment. Des ressorts intimes superbement mis en scène.
  • 𝒰𝓃 π’Ήπ‘’Μπ’Έπ‘œπ“‡π“‰π’Ύπ’Έπ’Άπ‘”π‘’ π’Ήπ‘’π“ˆ "π’Έπ’½π‘œπ“ˆπ‘’π“ˆ π’½π“Šπ“‚π’Άπ’Ύπ“ƒπ‘’π“ˆ" π“‚π‘œπ’Ήπ‘’π“‡π“ƒπ‘’ 𝑒𝓉 𝓅𝓁𝑒𝒾𝓃 𝒹𝑒 π’Ώπ“Šπ“ˆπ“‰π‘’π“ˆπ“ˆπ‘’.

 

RΓ©digΓ© par Nota Bene

PubliΓ© dans #Je lis

Partager cet article

Commenter cet article