Je veux le même !

Publié le 22 Février 2021

Je veux le même !

𝑷𝒐𝒖𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒔'𝒊𝒅𝒆𝒏𝒕𝒊𝒇𝒊𝒆𝒓 𝒂̀ 𝒖𝒏 𝒑𝒆𝒓𝒔𝒐𝒏𝒏𝒂𝒈𝒆 𝒅𝒆 𝒇𝒊𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏, 𝒄'𝒆𝒔𝒕 𝒔𝒂𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒒𝒖'𝒐𝒏 𝒆𝒙𝒊𝒔𝒕𝒆 𝒂𝒖𝒙 𝒚𝒆𝒖𝒙 𝒅𝒖 𝒎𝒐𝒏𝒅𝒆. Quand on a la peau couleur chocolat ou caramel, les cheveux crépus ou les yeux bridés, il est légitime de se chercher des modèles. Cantonner les personnages "non-blancs" à une représentation d'étrangers exotiques s'est invisibiliser une partie de la population occidentale. Parce que la diversité imprègne notre société, un couple de parents congolais résidant en Suisse a décidé que leurs filles devaient trouver des personnages de fiction référents ayant les mêmes caractéristiques physiques qu'elles. Dans cette perspective, ils viennent tout juste de donner naissance aux éditions Beth story, qui défendent des valeurs telles que le multiculturalisme, la tolérance et l’ouverture d’esprit. Pour déconstruire les stéréotypes et favoriser l'acceptation de soi, quoi de mieux que de mettre entre les mains de tous les enfants des albums aux petits héros divers et variés ? Belotie Nkashama (à l'écriture) et Amélie Buri (pour les illustrations) se sont donc attelées à cette tâche. J'ai le plaisir de vous présenter leur premier album jeunesse : 𝑱𝒆 𝒗𝒆𝒖𝒙 𝒍𝒆 𝒎𝒆̂𝒎𝒆 !

 

D'un petit format facilement manipulable, le livre propose un récit s'inscrivant dans le quotidien d'une famille ainsi qu'un petit jeu sur la dernière page. Plus qu'une simple histoire, 𝒍'𝒂𝒍𝒃𝒖𝒎 𝒑𝒆𝒓𝒎𝒆𝒕 𝒂𝒖𝒙 𝒆𝒏𝒇𝒂𝒏𝒕𝒔 𝒏𝒐𝒊𝒓𝒔 𝒅𝒆 𝒔'𝒊𝒅𝒆𝒏𝒕𝒊𝒇𝒊𝒆𝒓 𝒆𝒕 𝒂𝒖𝒙 𝒆𝒏𝒇𝒂𝒏𝒕𝒔 𝒃𝒍𝒂𝒏𝒄𝒔 𝒅𝒆 𝒔𝒆 𝒓𝒆𝒏𝒅𝒓𝒆 𝒄𝒐𝒎𝒑𝒕𝒆 - 𝒔𝒂𝒏𝒔 𝒆𝒏 𝒇𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒖𝒏 𝒔𝒖𝒋𝒆𝒕 𝒆𝒏 𝒔𝒐𝒊 - 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒅𝒊𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒕𝒆́ 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒔𝒐𝒄𝒊𝒆́𝒕𝒆́. Les petites filles présentées dans l'album, tout comme leur papa, portent des tenues occidentales classiques et évoluent dans un environnement qui n'est pas marqué culturellement (par rapport au repas servis, aux jouets...). En revanche, on peut noter le turban et l'écharpe colorées de la maman portant un troisième enfant sur son dos. Mon grand n'a pas du tout commenté la couleur de peau des personnages. Par contre, il m'a demandé à plusieurs reprise qui était qui : les prénoms des petites filles ne sont en effet pas courant.

 

Ces petites filles, parlons-en ! Il s'agit de 𝑲𝒂𝒃𝒊𝒃𝒊 𝒆𝒕 𝑴𝒃𝒊𝒚𝒂. Deux sœurs dont la plus petite vient de fêter son anniversaire. 𝑲𝒂𝒃𝒊𝒃𝒊 est ravie d'essayer son nouveau vélo avec son papa. Sa sœur en est un peu envieuse. Une fois à table pour le dîner, c'est au tour de 𝑲𝒂𝒃𝒊𝒃𝒊 d'être jalouse de 𝑴𝒃𝒊𝒚𝒂 : elle voudrait le gobelet rose de sa grande sœur ! Papa propose alors un jeu : à partir de maintenant, les filles devront s'échanger toutes leurs affaires. Ainsi, "les jouets de l'une deviendront ceux de l'autre". Les fillettes sont enthousiastes. Pourtant, le jeu ne va pas s'avérer s'y drôle...

 

Les thèmes de la jalousie, du partage et aussi implicitement de l'âge nécessaire pour jouer à tel ou tel jeu sont au coeur de l'histoire. On sent que le texte a fait l'objet d'attention. Le vocabulaire est varié (vélo / bicyclette, "fait mine de", ...). Les illustrations simples et colorées permettent de facilement se projeter dans le quotidien de la famille. On peut même prolonger le plaisir de la lecture avec des coloriages disponibles sur le site de l'éditeur. Le livre est par ailleurs disponible en version numérique et traduit en plusieurs langues (anglais, portugais, lingala, etc.). De quoi diffuser le modèle de ses jolies petites filles aux cheveux crépus au-delà de nos frontières.

 

𝑬𝒕 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒄𝒐𝒏𝒕𝒓𝒊𝒃𝒖𝒆𝒓 𝒂̀ 𝒔𝒂 𝒅𝒊𝒇𝒇𝒖𝒔𝒊𝒐𝒏,

𝒑𝒂𝒓𝒄𝒆 𝒒𝒖𝒆 𝒋𝒆 𝒅𝒆𝒗𝒊𝒏𝒆 𝒒𝒖𝒆 "𝒕𝒖 𝒗𝒆𝒖𝒙 𝒍𝒆 𝒎𝒆̂𝒎𝒆 !",

𝒓𝒆𝒏𝒅𝒆𝒛-𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒔𝒖𝒓 𝒎𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒎𝒑𝒕𝒆 𝑰𝒏𝒔𝒕𝒂𝒈𝒓𝒂𝒎 :

𝒍𝒆𝒔 𝒆́𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏𝒔 𝑩𝒆𝒕𝒉 𝒔𝒕𝒐𝒓𝒚 𝒎𝒆 𝒑𝒆𝒓𝒎𝒆𝒕𝒕𝒆𝒏𝒕

𝒅𝒆 𝒇𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒈𝒂𝒈𝒏𝒆𝒓 𝒖𝒏 𝒆𝒙𝒆𝒎𝒑𝒍𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒂̀ 𝒍'𝒖𝒏 𝒐𝒖 𝒍'𝒖𝒏𝒆 𝒅'𝒆𝒏𝒕𝒓𝒆 𝒗𝒐𝒖𝒔 !

 

Je veux le même !
Je veux le même !

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je lis des albums

Partager cet article

Commenter cet article