Publié le 27 Novembre 2011

Dernièrement, j'ai lu :

Mme Noël de Roger Hargreaves

La triste fin du petit Enfant Huître et autres histoires de Tim Burton

Tais-toi et pardonne ! de Laurent de Villiers

 

Je suis en train de lire :

Lettres du Père Noël de J. R. R. Tolkien

Divergent de Veronica Roth

 

Je prévois de lire :

Ce que j'aurai ramené du Salon du livre jeunesse de Montreuil !

Et aussi, peut-être, de reprendre les lectures laissées de côté en chemin...

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Publié le 22 Novembre 2011

 

Lu sur des copies de 3e...

 

Comment appelle-t-on les jeunes d'aujourd'hui ayant grandis avec Internet ?

 

Réponse attendue et présente dans le texte sur lequel s'appui le devoir :

la "Net génération" ou "Génération Y"

 

Réponse de certains élèves :

"des geeks", "génération F" ou encore "génération J"

 

 

Publié le 22 Novembre 2011

Suite à l'intervention de Laurent de Villiers

sur le plateau de l'émission On n'est pas couché animée par Laurent Ruquier

 

 

La quatrième de couverture :

"Aujourd'hui, je suis seul. Je n'ai plus rien, plus de frères, de soeurs, de père, ni de mère. La justice m'a donné tort mais je sais aussi que je ne dois pas me taire."

 

Mon avis :

Le témoignage de Laurent de Villiers est poignant. Tout en pudeur mais aussi sans concessions. Revenant sur les faits (les abus sexuels de son frère aîné Guillaume) et sur ses démarches judiciaires relativement récentes mais aussi et surtout sur son enfance et son adolescence. Laurent de Villiers se raconte et raconte son univers familial aux valeurs catholiques radicales. La vie de sa famille totalement mêlée à la carrière politique du père, Philippe de Villiers, et aux valeurs d'une certaine extrème droite vendéenne que chacun se doit de protéger à tout prix... même au prix du silence et du mensonge. Au travers des anecdotes rapportées dans le livre, un portrait peu flatteur de la Vendée est dépeint et pointe du doigt les caractéristiques d'un milieu aristocrate catholique. Il suffit pour s'en donner une idée de consulter - sans évincer un grain d'ironie - quelques titres de chapitres : "Une famille idéale", "Un jubilé pour la Vendée", "Scout toujours", "Etre ou ne pas être un Villiers", "Maman, Dieu et la soeur", "Rien n'a changé", "Au secours !"...

Comme le souligne Isabelle Aubry (présidente de l'Association internationale des victimes d'inceste) dans la préface du livre : "Après avoir subi les menaces, le chantage de l'agresseur, la honte et la culpabilité, la victime met en moyenne seize ans avant d'évoquer son vécu". Enfin convaincu de la nécessité pour lui de faire la lumière sur les faits et suite à ses démarches, Laurent de Villiers n'a pourtant obtenu qu'un non-lieu. Une fois refermé ce livre on ne peut que souhaiter que lui soit accordé le statut de victime. Les bénéfices issus des ventes du livre sont d'ailleurs reversés à une association de protection de l'enfance. Laurent de Villiers considère maintenant avoir fait son deuil : "Deuil de l'amour filial, deuil de la réconciliation familiale, deuil de la justice. Mais aussi deuil de la haine, de la vengeance. Tout cela est bien loin."

Un témoignage bien écrit et essentiel pour comprendre à quel point un enfant peut se retrouver muré dans une consternante culpabilité et une atroce souffrance en ayant subi l'inceste et les pressions familiales et sociales.

 

 

De Villiers, Laurent.

Tais-toi et pardonne !

Ed. Flammarion

2011/291 p.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Publié le 16 Novembre 2011

C'est le titre d'un article du dernier numéro de Science et vie junior. Y sont livrés et développés 7 conseils pour que "votre manuscrit n'atterrisse pas directement dans la corbeille à papier des éditeurs".

 

  1. Commencez par un texte court, de type nouvelle
  2. Trouvez votre rythme
  3. N'essayez pas de copier Harry Potter ou Eragon
  4. Décortiquez les scènes fortes de vos auteurs préférez
  5. Si vous faites dans la fan-fiction, trouvez un angle original
  6. Choisissez bien vos relecteurs
  7. N'envoyez aux éditeurs qu'un texte abouti

 

 

Y'a plus qu'à !

 

Plume.jpg

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Publié le 16 Novembre 2011

 

Prêté il y a un petit moment maintenant par une copine qui le trimballait dans son sac...

 

medium

 

La quatrième de couverture :

"Fidèle à son univers d'une inventivité s particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d'enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire. Un livre pour les adultes et pour l'enfant qui est en nous."

 

 

 

Mon avis :

Tim Burton nous livre ici un reccueil de poésie hors du commun, où se mèle horreur et humour, dégoût et tendresse, musique des mots et magie des illustrations (les dessins de Tim Burton lui-même). L'humour noir et parfois tendre de Tim Burton transparaît à chaque page. Oui, tendre, car les petits monstres qui nous sont présentés sont en réalité prétextes à porter l'idée d'une certaine tolérance envers soi-même et envers les autres. Le livre se lit très vite. On peut aussi choisir de le picorer suivant les envies du moment. Les personnages sont esquissés en quelques lignes et sont des portes d'entrée vers l'univers à la fois macabre et merveilleux de Tim Burton. J'ai trouvé certains poèmes un peu trop glauques pour être conquise mais cela reste un livre surprenant dont la poésie baroque est à découvrir.

 

Mon poème préféré :

 

Brindille et Allumette amoureux

 

Brindille aimait bien Allumette,

Il l'aimait vraiment beaucoup,

Il adorait sa jolie silhouette, 

Et il la sentait chaude comme tout.

Mais le feu de la passion peut-il être,

Entre une brindille et une allumette ?

Eh bien oui, à la lettre : 

Il flamba comme rien.

 

Allumette.jpg 

 

Burton, Tim.

La triste fin du petit Enfant Huître

Ed. 10/18

1998/122 p.

 

Logo2

Deuxième lecture dans le cadre du challenge Littérature jeunesse d'hier et d'aujourd'hui !

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Publié le 16 Novembre 2011

Depuis le temps que je voulais lire cet ouvrage !

Depuis mon année de préparation au CAPES, pour tout vous dire.

 

Couverture de Des livres d'enfants à la littérature de jeunesse

 

 

La quatrième de couverture :

 

"Talentueuse et imaginative, portée par des médiateurs enthousiastes, reconnue par l'école et l'université, séduisant des publics toujours plus larges, la littérature de jeunesse est aujourd'hui une littérature majeure. Son histoire remonte au milieu du XIXe siècle, lorsque l'alphabétisation massive et le développement des techniques d'impression permirent son émergence. Deux libraires-éditeurs, Louis Hachette et Pierre-Jules Hetzel, réinventent un genre, encore très dépendant de l'école et de la religion, et publient des romans pour les enfants signés par la comtesse de Ségur ou Jules Vernes. La littérature de jeunesse était née et avec elle l'enfant-lecteur. Christian Poslaniec nous guide dans cette histoire touffue qu'il parsème de petits cailloux blancs : Babar, les Albums du Père Castor, Le club des 5, Les Contes du chat perché, Harry Potter..."

 

 

Sommaire :

 

  • Ouverture : Variations graphiques sur Le Petit Chaperon rouge
  • Chapitre 1 : Premiers auteurs pour enfants
  • Chapitre 2 : L'avènement de la littérature de jeunesse
  • Chapitre 3 : Les explorateurs du XXe siècle
  • Chapitre 4 : Une littérature majeure
  • Témoignages et documents

 

Mon avis :

 

Réalisé en partenariat avec la BNF à l'occasion de l'exposition Babar, Harry Potter et Cie : livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui, ce livre nous présente un panorama de l'évolution du livre jeunesse. Clairement documenté et richement illustré, cet ouvrage "grand public" est selon moi une référence. Christian Poslaniec nous fait voyager des débuts du livre pour enfants du XVIIIe siècle à la profusion de la littérature jeunesse d'aujourd'hui en passant par l'essor étroitement lié à celui de l'école du XIXe siècle.

On y retrouve des références sur lesquelles s'attarder (ou pas) au fil des pages : Charles Perrault, Jules Verne, Enid Blyton, Roald Dahl, Tomi Ungerer... Christian Poslaniec souligne et analyse des événements sociaux, politiques et économiques qui ont permis l'évolution de la place accordée à l'enfant dans la société française ainsi que le développement de la littérature jeunesse. En tant que lecteur, cet ouvrage nous permet de faire des liens entre les auteurs, les personnages référents mais aussi les éditeurs de différentes époques.

 

Bref, à parcourir, à lire, à dévorer même !

 

 

Pour finir, quelques anecdotes piochées au fil des pages :

 

  • En 1853, Hachette ouvre la première "librairie de gare". Pour alimenter ces points de vente qui dépasseront le millier quelques années plus tard, il crée la "Bibliothèque des chemins de fer". Celle-ci comprend six genres différents, chacun reconnaissable à sa couleur de couverture (bleue pour l'agriculture et l'industrie, jaune pour la littérature étrangère, rouge pour les guides de voyage...). Avec la parution du premier reccueil de textes de Sophie de Ségur, le succès est tel que Louis Hachette décide de créer une véritable collection pour la jeunesse : la "Bibliothèque rose".

 

  • L'une des premières préoccupations de Jules Ferry fut la lecture : son apprentissage mais aussi son aspect ludique. Un arrêté de 1915 précise alors que "l'armoire-bibliothèque" fait partie du mobilier obligatoire d'une salle de classe.

 

  • Caroline Quine, l'auteur supposé des romans de la série Alice (de la Bibliothèque verte) était en réalité le pseudonyme d'un collectif d'écrivains américains !

 

  • En France, la littérature étrangère représente aujourd'hui la moitié de la production jeunesse. Pour autant, les oeuvres françaises intéressent de plus en plus d'éditeurs étrangers. Deux exemples récents en témoignent : 35 kilos d'espoir d'Anna Gavalda et Tobie Lolness de Timothée de Fombelle.

 

 

Poslaniec, Christian.

Des livres d'enfants à la littérature de jeunesse

Ed. Gallimard

Coll. Découvertes Gallimard

2008/127 p.

 

 

Logo2