Facebook, MySpace et LinkledIn

Publié le 5 Janvier 2009

 

Selon Red Hoffman, patron de LinkedIn et investisseur chez Facebook, ces trois plateformes de réseaux sociaux ne jouent pas réellement sur le même terrain. Dans un entretien donné sur LCI et décrypté sur le site des Infostratèges, il explique qu'au-delà des apparences, se sont des réseaux différents.

A propos des différences entre ces réseaux sociaux :

"L'idée, c'est que, malgré les apparences, ces réseaux sont très différents. Facebook, c'est la maison, le foyer,  car l'idée de base est de rassembler dans un lieu virtuel vos proches, une petite partie de vos connaissances, ceux avec lesquels vous pouvez partagez les photos de vos enfants ou des soirées auxquelles vous allez. C'est en quelque sorte les gens que vous pourriez inviter à un barbecue dans votre jardin. Alors, bien sur, il peut y avoir parmi ces gens un collègue de travail mais certainement pas tous : Facebook est d'abord fait pour échanger et partager des informations personnelles."
(...)
"MySpace, c'est comme un bar, car vous faites en sorte d'y rendre votre profil le plus sexy possible, de montrer comme vos habits et la musique que vous écoutez sont cool pour vous valoriser auprès de personnes qui se promènent sur le site et doivent vous apprécier. C'est un lieu de rencontres."
(...)
"LinkedIn,  c'est le bureau car il sert à rester en contact professionnellement, à mener des projets, à réussir sa carrière. C'est pour cette raison que pour lorsque l'on me dit que Facebbok et Linkedin sont concurrents, je ne suis pas tout à fait d'accord. Certes, dans les deux cas, vous avez un profil et une liste de contacts auxquels vous pouvez envoyer des messages....  Mais à y regarder de plus près, cela n'a rien à voir. Si vous voulez embaucher quelqu'un et que vous faites une recherche sur Facebook, cela ne donnera rien. Sur LinkedIn, vous aurez des réponses pertinentes car il a été conçu pour ça."

A propos de l'impact des réseaux sociaux sur les pratiques sociales :

"Les réseaux sociaux rendent explicites des choses et des relations qui ne le sont pas dans la vie réelle et cela change les pratiques sociales. D'un autre côté, nous tirons un avantage de cette transparence. Par exemple, si nous sommes en relation sur un site et que vous cherchez un spécialiste des réseaux sociaux, vous n'avez même pas besoin de me le dire :  je le sais et je peux vous aider. Avant cela, vous auriez du demander à tous vos amis un par un : 'dis, tu ne connaîtrais pas quelqu'un ?". Alors, bien sur cette transparence est un peu bizarre mais il va falloir s'y habituer. Un peu comme au début du téléphone portable quand chacun est devenu joignable en permanence..."

 

 
A lire sur :
 
 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article