"Le devoir de réserve des écrivains" : ceci est un oxymore

Publié le 10 Novembre 2009

Eric Raoult (député UMP et maire de Raincy) appelle la nouvelle lauréate du prix Goncourt, Marie NDiaye, à respecter son "devoir de réserve". En effet, à la question posée dans un entretien des Inrockuptibles, "Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy ?", Marie NDiaye avait donné cette réponse :

 

"Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d'être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy, même si j'ai bien conscience que dire ça peut paraître snob. Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité... Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux."




La concernée en appelle aujourd'hui à Frédérique Mitterand, ministre de la Culture et de la communication, pour mettre un point final à cette polémique et déclare maintenir en tous points ses propos.

 

 

Au fait, depuis quand les écrivains sont des fonctionnaires de l'Etat ?
 

 

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article

soukee 18/11/2009 20:59


J'adorooore quand tu es révoltée Héloïze...
Sache quand même que pour une fois j'ai suivi l'histoire et que je suis moi aussi catastrophée... Où va la liberté d'expression ?? (j'en entend qui disent dans le mur...)


Héloise 11/11/2009 23:17


Je suis hallucinée par ce droit de réserve sorti de derrière les fagots qui concernerait soi-disant les lauréats du prix goncourt. Est-ce à dire qu'on vous accorde un prix à la condition de donner
en échange votre liberté d'expression? Si les écrivains doivent taire leurs opinions maintenant... à qui le tour?