Le printemps des poètes 2011

Publié le 11 Novembre 2010

La prochaine édition du Printemps des Poètes aura lieu du 7 au 21 mars 2011

sur le thème "d’Infinis paysages".

 

Vers le site officiel

 

Le Printemps des poètes

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article

ESTEBA Nadia 30/01/2011 19:53



La marchande de rêves


 


               L’espace s’est fendillé sur la vitrine, l’espace s’est
rapetissé.


               Dans quelle rue, quelle  boutique était l’atelier de la dame aux épingles ?


                Je ne pense pas que c’était elle, cette femme disloquée .On
savait  Mina bonne couturière, intelligente et futée elle avait du sauver sa vie.


           Tout  le salon  avait été saccagé ; les tissus légers, les soieries, les velours pour manteaux, les robes d’intérieur. Non c’était un mannequin de cire qui gisait au sol,
les bras levés comme on implore, le regard vide, bouche fermée sur un mot à jamais tu.


 Le mannequin, n’avait plus ses jambes, en morceaux éparpillés, brisées ; sa tête renversée, bloquait les roues d’un vélo, métaphore d’une
entrave à la liberté.


C’est la photo qui fut prise primée au concours des grands reporters elle fit la une des journaux télévisés, magazines,  le tour
de la planète, comme un tableau surréaliste.


        Cela c’est déroulé un soir de révolte où les symboles de la féminité émancipée avaient attiré le tonnerre et la
foudre. Tous les magasins d’accessoires et vêtements salons de manucure avaient été lapidés. Joies féminines défuntes dans un fatras de parfums de pacotille ; le  grand mannequin aux formes fuselées ne serait plus marchande de sourires. Il y avait maintenant un grand silence comme après un seïsme ; tintamarre
du vide envahi de sons du passé. Sur le front de la poupée inanimée, flottait une lueur blanche, si légère,


une plume ! Etait-ce l’âme en fleur, inspiratrice,  qui voguait sur les mers , à travers plaines


champs odorants , les pics vertigineux, et  vastes forêts, le Dabo où fut conçu Victor Hugo, était-ce l’esprit de grande douceur qui voulait rendre hommage au poète ?


On percevait sans l’entendre un leitmotiv, une unique  phrase silencieuse »  Aimant, amant, toi qui
offrais des bouquets à Léopoldine, je rend hommage aux visionnaires aux utopistes, aux poètes, aux artistes. »


Nadia ESTEBA