Nouveau lycée 2010

Publié le 8 Février 2010

 

 

C'est simple, clair, destiné aux élèves (actuels 3e ou lycéens) et à leurs parents : le site présentant le Nouveau lycée 2010.

L'essentiel de ce nouveau lycée serait donc :

 

 

  • S'informer pour choisir sa voie,
  • Etre mieux accompagné durant les années lycée,
  • Maîtriser les langues vivantes,
  • S'engager pleinement dans la vie culturelle du lycée,
  • Etre davantage responsabilisé.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article

ivan 14/04/2010




Les dessous de cette réforme


 


Cette réforme Châtel est un parfait exemple de novlangue (1984 d'Orwell). On fait dire à un terme importun exactement le contraire de sa signification.


On nous dit que l ' élève sera mieux accompagné alors que l'on supprime les heures d'aide (8élèves maximum) en maths et en français en seconde ainsi que des heures en demi-groupes dans ces mêmes
matières. Ces heures seront remplacées par l'accompagnement personnalisé qui n'est personnalisé que de nom,
car les élèves seront en demi-groupes.


On dit que l'on va aider les néo-professeurs à lutter contre la violence mais ils vont se retrouver à travailler à temps complet en plus d'une formation le vendredi. Ils n'auront pas le loisir de
réfléchir à améliorer leurs méthodes pédagogiques, mais essaieront surtout de surnager. C'est la catastrophe garantie.


On nous dit que ce lycée sera le lycée de l'excellence mais on passe de 13 h à 10 h sur le bloc sciences. Plus généralement, on nous incite à augmenter nos moyennes générales, donc à baisser nos
exigences pour masquer l'échec scolaire.


On nous dit que la filière STI sera revalorisée alors que l'on va tout faire pour dissuader les élèves d'y aller en les encourageant à faire S. Car la filière technique et ses nombreux TP coutent
plus cher. Je voudrais savoir pourquoi l' école baisse ses ambitions alors que chacun sait que les jeunes français ont de plus en plus de mal à trouver du travail.


On nous dit que l'on va améliorer l'orientation des élèves : très bien mais comment ? Il faut savoir que le nombre de COP (conseillers d'orientation ) a été divisé par 6 en 20 ans. Pour
l'orientation, on veut aller vers une première indifférenciée, ce qui revient à décaler le problème d'une année.


On nous dit que la réforme donnera davantage de souplesse et d'autonomie aux établissements ; on veut surtout détruire ce qui est national pour diviser et préparer des suppressions de postes pour
les années qui suivent.


Il y a deux façons objectives d'interpréter cette réforme Châtel qui cherche avant tout à faire des économies : la première est de dire que le gouvernement a raté sa réforme car il l'a faite dans
la précipitation. La seconde interprétation consiste à dire que le gouvernement veut liquider tout le service public car celui-ci ne rentre pas dans la logique de la rentabilité.


Je suis enseignant et je pense que cette réforme est dangereuse. Pour qui ? Pour les élèves. Et c'est avant tout pour eux que nous nous battons.


 


Comprendre le contraire de ce que dit le gouvernement par Fabrice Maucci


http://lepartiduprogres.canalblog.com/archives/2010/01/27/16689545.html


 


Reforme des universites par Sarah Trichet – Allaire
http://jeunesverts.org/spip/spip.php?article364






ivan 14/04/2010



Bonjour Nota Bene.


Votre question est au contraire en plein dans le sujet. D'un côté, nos jeunes ont énormément de difficultés à trouver un emploi car les exigences à l'embauche sont de plus en plus importantes et
la concurrence internationale de plus en plus rude. De l'autre côté, on baisse les exigences en première S pour les élèves dont une bonne partie est amenée à travailler dans le secteur
scientifique, secteur dans lequel de bonnes qualifications permettent d'envisager de trouver un travail facilement. En tant que professeur de maths, je veux faire mon travail et apporter à mes
élèves le maximum de savoir faire pour qu'ils réussissent non pas à avoir le baccalauréat, mais leurs études post-bac.


Les élèves attirés par les mathématiques vont être frustrés de se retrouver avec seulement 4 heures de maths en S. De plus la section S risque d'être choisie par une grande majorité d'élèves pour
3 raisons :


l'option maths disparait en 1ES et choisir l'option maths en L se fera au détriment du latin-grec. Les élèves hésiteront avant de se lancer vers une filière qui leur ferme des portes pour une
bonne partie de métiers  .


les élèves peu scientifiques se diront que cela vaut le coup de tenter S puisque les sciences sont moins présentes.


enfin, les élèves qui hésitent pourront toujours se réorienter grâce aux "stages passerelle"


le résultat, c'est qu'au lieu d'accueillir des futurs scientifiques, plus qu'avant, la S sera une classe élitiste. Et retarder l'orientation d'une année va inévitablement baisser le niveau
général du baccalauréat, donc creuser davantage le fossé qui existe déjà entre les exigences du lycée et celles du post bac.