Prof-doc cherche retours d'expérience en LGT

Publié le 24 Juin 2015

Dans l'enquête réalisée par la FADBEN en 2013 "Les professeurs documentalistes et les apprentissages info-documentaires", on peut noter que :

 

  • "Le faible taux [de séances pédagogiques], de une à trois heures [par semaine], est important, en particulier en lycée GT (29,6 %) et en lycée professionnel (29,1 %), relativement bas en collège (9,6 %). Ces chiffres n'induisent pas l'absence de travail pédagogique avec les élèves, mais de manière alors plus informelle, et non systématisée."
  • "En lycée GT, les TPE (Travaux pratiques encadrés) sont largement suivis, investis par 88 % des répondants, 76,6 % en cité scolaire. De même en lycée GT, 73,7 % des collègues sont impliqués dans l'ECJS (Éducation civique, juridique et sociale), 52 % en cité scolaire. On parvient à 91,2 % des collègues de lycée quand on cumule la possibilité des TPE et/ou de l'ECJS."
  • "Enfin l'accompagnement personnalisé concerne 25 % des collègues de collège, et 70 à 75 % des collègues de cité scolaire, lycée GT et lycée professionnel."

 

Ainsi, après une visite de mon nouvel établissement d'exercice, je me pose quelques questions : 

 

  • Quelles sont vos priorités ou faisabilités pédagogiques : interventions systématiques en classes de seconde, interventions systématiques ou non dans le cadre des TPE ou de l'ECJS, intervention au niveau de l'option Littérature et société (ou autre), interventions ponctuelles au gré des collaborations... ?
  • Combien d'heures consacrez-vous à des interventions devant élèves par semaine en moyenne ?
  • Dans le cas d'une intervention en classe de seconde (le nombre de classe d'un même niveau en lycée étant le plus souvent relativement important) combien de séances prévoyez-vous ? Sur quels créneaux se déroule la formation (heures dédiées, AP...) ?
  • Dans le cas où une aide-documentaliste est présente, quelles tâches lui sont attribuées ?
  • Quels types d'actions mettez-vous en place en terme d'ouverture culturelle, de sensibilisation à la santé et à la citoyenneté (ou autre) ?
  • Assurez-vous des clubs (lecture, journal...) ? Est-ce sur le temps du midi ?

 

D'avance merci à celles et ceux qui pourront m'apporter leur éclairage !

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je prof-doc

Partager cet article

Commenter cet article

Elsa 25/06/2015 19:15

Bonjour,

Je suis dans un petit lycée polyvalent (500 élèves dont 150 en sections pro).
Depuis cette année, j'ai les 5 classes de 2nd générale une heure par semaine durant une heure d'AP. Je les prends en demi-classe (soit pour les élèves une heure quinzaine) et l'autre moitié est en AP avec le professeur principal (fonctionnement voté en conseil pédagogique : une heure d'AP pour les matières essentielles français-maths et une heure pour le PP, qui est bien content que j'intervienne en parallèle pour dédoubler la classe). Durant cette heure, je fais de l'EMI très classique (présentation du CDI, E-sidoc, méthodologie de la recherche, fiabilité des sites internet, droits d'auteurs et activité de recherche avec utilisation de Google drive en prévision des TPE).

L'année dernière, j'avais les 2nd durant 9h sur l'année ce qui ne me permettait pas de les mettre en activité. Mon gros problème est que je n'ai pas de véritable collaboration avec les enseignants disciplinaires. Je m'entends bien avec eux, la grosse majorité sait que je suis prof mais... ils estiment qu'ils n'ont pas besoin de moi lorsqu'ils font faire des recherches aux élèves. Peut-être que le fait que je forme les élèves seule leur fait penser que je n'ai pas besoin d'intervenir durant leurs cours (après tout, les élèves ont déjà appris à faire des recherches ! Le problème c'est que je ne sais pas comment est réutilisé ce que je leur enseigne, ni avec quel rigueur :certains profs se fichent des ressources physiques ou virtuelles du CDI et n'accordent pas d'importance à la citation des sources).
C'est dommage parce que je ne participe pas du tout à des dispositifs intéressant comme Littérature et société (en réalité, je suis intervenue deux ans de suite pour faire un cours sur l'évolution du livre parce que l'enseignant avait choisi de travailler le thème autour du livre et qu'il ne maîtrisait pas la question du livre numérique. Depuis, le prof est parti et ce thème n'est plus travaillé) .

Pour les TPE, les L et ES les font au CDI et je fais exactement le même travail d’encadrement que les collègues disciplinaires, avec avis donné en off pour la notation puisque je ne signe pas le document d'évaluation. Les collègue apprécient l'aide que je leur apporte. Naturellement, je fais un peu de veille via les périodiques du CDI pour signaler aux élèves les articles intéressants. En S, je ne vois pas les élèves qui travaillent dans les labos, à part quelques élèves qui viennent parfois chercher un livre.
En 1STMG, je suis intervenue l'année dernière pour travailler sur comment cerner un sujet (ils doivent faire un dossier pour une épreuve du bac). Depuis 3 ans, je fais un cours sur la veille informationnelle en liaison avec leur programme de gestion.
J'interviens aussi depuis plusieurs années en 1ère pour parler de l'identité numérique, cours que je faisais durant l'AP et qui va sans doute basculer en EMC l'année prochaine.


Donc en résumé, peu de collaboration et aucune ne se renouvelle systématiquement d'année en année, ce qui m'a conduit à prendre les élèves seule en AP.
Mais peut-être allez-vous être dans un lycée où votre prédécesseur aura habitué les profs à travailler avec lui.

Il n'y a pas de club au lycée. Les rares tentatives qui sont faites se soldent par des échecs faute d'élèves.

Si vous souhaitez plus d'infos, je peux vous envoyer mes cours, qui sont bien entendu perfectibles.

Cordialement
Elsa

Nota Bene 25/06/2015 22:37

Merci Elsa pour ce partage ! Je relève la difficulté de développer d'éventuels partenariats pérennes en lycée. L'AP a le mérite de nous offrir une fenêtre pédagogique... Le problème qui va se poser pour moi est l'important nombre de classes de seconde : 11 a priori !