Articles avec #je veille tag

Publié le 12 Mars 2021

Annonce du décès de Joseph Ponthus via le compte Instagram de son éditeur le 24 février 2021

Annonce du décès de Joseph Ponthus via le compte Instagram de son éditeur le 24 février 2021

 

Lu, contacté, rencontré, apprécié... Baptiste, alias Joseph, aura marqué mon année littéraire 2020. En novembre, quelques semaines après avoir honoré mon invitation, un cancer lui est diagnostiqué. Il décède au mois de février. Comme pour la plupart des gens ayant croisé son chemin, il m'a paru accessible, tendrement chaleureux, sincère, attachant, raffiné en toute simplicité. Il s'exprimait, comme l'a si justement et joliment écrit Éric Poindron dans Marianne, avec "la révolte et la bonté en bandoulière". Il pleure dans mon cœur ces dernières semaines : adieu, cher poète.

 

C'est vendredi et il pleut comme la Bretagne sait le faire [...] / Je ne sais pas s'il pleut sur Nantes / Mais il pleut sur Lorient / Et / J'ai le cœur chagrin

Je n’y allais pas pour faire un reportage / Encore moins préparer la révolution / Non / L’usine c’est pour les sous / Un boulot alimentaire / Comme on dit / Parce que mon épouse en a marre de me voir traîner dans le canapé en attente d’une embauche dans mon secteur / Alors c’est / L’agroalimentaire / L’agro / Comme ils disent / Une usine bretonne de production et de transformation et de cuisson et de tout ça de poissons et de crevettes / Je n’y vais pas pour écrire / Mais pour les sous

L'usine serait ma Méditerranée sur laquelle je trace les routes périlleuses de mon Odyssée / Les crevettes mes sirènes / Les bulots mes cyclopes / La panne du tapis une simple tempête de plus / Il faut que la production continue / Rêvant d’Ithaque / Nonobstant la merde

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Publié le 12 Février 2021

𝒱𝑜𝒾𝒸𝒾 𝓊𝓃 𝓅𝑒𝓉𝒾𝓉 𝒷𝒾𝓁𝒶𝓃 𝓁𝑒𝒸𝓉𝓊𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝒸𝑒𝓈 𝒹𝑒𝓇𝓃𝒾𝑒̀𝓇𝑒𝓈 𝓈𝑒𝓂𝒶𝒾𝓃𝑒𝓈

𝑒𝓉 𝓁𝒶 𝓁𝒾𝓈𝓉𝑒 𝒹𝑒 𝓂𝑒𝓈 𝑒𝓃𝓋𝒾𝑒𝓈 𝓁𝒾𝓉𝓉𝑒́𝓇𝒶𝒾𝓇𝑒𝓈

 

Après une fin d'année 2020 sur pause, j’espérais voir revenir l'envie de lire. Mes envies listées début janvier se révèlent bien assouvies un mois plus tard. Voyez plutôt ci-dessous. Par ailleurs, d'autres sont déjà dans un coin de ma tête pour le mois de mars : Florida d'Olivier Bourdeaut, Le dernier enfant de Philippe Besson, Home body de Rupi Kaur, Après nous, les animaux de Camille Brunel, Les cigognes sont immortelles d'Alain Mabanckou, et peut-être aussi des BD comme Simone Veil : L'immortelle, Les crocodiles, etc.

 

Inspiration de février

Lectures de janvier / février :

 

  • Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert
  • Peau d'Homme d'Hubert et Zanzim
  • Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse de Mathias Malzieu et Daria Nelson
  • Fin de saison de Thomas Vinau
  • Dans l'enclos des hanches de Lysiane Rakotoson (critique à venir)
  • Soulagements 2 : Tropiques printaniers de Falmarès (critique à venir)
  • L'anomalie d'Hervé Le Tellier (lecture en cours)
  • Les impatientes de Djaïli Amadou Amal (dans ma PAL)
  • La famille Martin de David Foenkinos (dans ma PAL)

 

 

ℰ𝓉 𝓅𝑜𝓊𝓇 𝓋𝑜𝓊𝓈 𝒸̧𝒶 𝒹𝑜𝓃𝓃𝑒 𝓆𝓊𝑜𝒾 ?

 

Publié le 29 Janvier 2021

Comme j'ai déjà pu le dire, une librairie c'est une grotte pleine de trésors, de laquelle mon petit cœur de lectrice ne ressort pas indemne et de laquelle mes mains ont du mal à ressortir vides. Un passage en librairie c'est l'occasion de craquer... ou pas. Voici un aperçu de ce que j'ai feuilleté lors de ma dernière incursion.

 

 

 

J'ai bien aimé :

 

Un goûter parfait de Chinatsu Watanabe [2021] : un album à découvrir en format paysage pour voir se refléter des illustrations dans le miroir et observer ainsi des scènes en trois dimensions. En réalité je suis en peu sceptique mais je pense qu'il y a une idée à mieux exploiter.

 

Couverture de « Un goûter parfait »

 

 

Il était une fois le feu des dragons de Béatrice Blue [2020] : un conte sur l'amitié, la bienveillance et la confiance en soi, aux illustrations joliment colorées.

 

 

 

 

Je suis tombée sous le charme de :

 

Je t'aime à chaque instant de Suzanne Bogeat et Maureen Poignonec [2021] : un album aux tons doux et aux reflets argentés pour le récit tout en tendresse de ce par quoi les parents témoignent de l'amour à leurs enfants au quotidien. Dans la lignée de Mon amour ou Une maman c'est comme une maison.

 

Je t'aime à chaque instant – Album Jeunesse – À partir de 3 ans

 

 

Le rouge à lèvres de Laura Dockrill et Maria Karipidou [2021] : un album irrésistiblement drôle où un petit garçon nous raconte comment il en est arrivé à redécorer sa maison avec le rouge à lèvres de sa maman.

 

Le rouge à lèvres

 

 

 

Je suis repartie avec :

 

Mon coup de cœur (paru en septembre dernier chez Little Urban) : La plus belle crotte du monde de Marie Pavlenko et Camille Garoche, qui sera bientôt chroniqué sur le blog !

 

 

 

 

Et vous, vos dernières trouvailles ?

 

 

Publié le 12 Janvier 2021

SORTIES ATTENDUES

MAIS DONT LES DATES SONT ENCORE FLOUES

 

🎞

 

  • Lupin de George Kay d’après les romans de Maurice Leblanc (déjà sur Netflix)
  • Blonde d'Andrew Dominik, biographie romancée de Marilyn Monroe d'après Joyce Carol Oates
  • Mort sur le Nil de Kenneth Branagh d'après Agatha Christie
  • Le bal des folles de Mélanie Laurent d'après Victoria Mas (sur Amazon)
  • Le quai de Ouistreham d'Emmanuel Carrère d'après Florence Aubenas
  • Les couleurs de l'incendie de Clovis Cornillac adapté du roman de Pierre Lemaître
  • Illusions perdues de Xavier Giannoli adapté de l’œuvre de Balzac
  • De nos frères blessés de Hélier Cisterne adapté du Prix Goncourt du premier roman 2016 de Joseph Andras
  • Dom Juan revisité en comédie musicale par Serge Bozon (d'après le grand Molière bien sûr)
  • En attendant Bojangles de Régis Roinsard adapté du livre d'Olivier Bourdeaut (par ici ma critique du roman En attendant Bojangles et celle de la bande dessinée)
  • Le discours mais aussi Zaï zaï zaï zaï de François Desagnat adapté de la BD de Fabcaro, avec Jean-Paul Rouve (sortie prévue en avril)

 

 

aquelle de ces adaptations vღus tente ?

 

Publié le 12 Janvier 2021

Lors des premier et deuxième confinements, contraints de rester chez eux, les français ont retrouvé le plaisir de lire. Un tiers de la population a lu davantage qu'en temps normal, souligne un sondage mené en ligne par Odoxa auprès de 990 personnes pour le syndicat national de l'édition (SNE) et qui vient d'être dévoilé. "Le regain de lecture s’est surtout observé lors du premier confinement. En effet, 30 % se sont mis à lire plus, soit un regain deux fois plus massif que lors du deuxième confinement (16%)", souligne l'étude. C'est particulièrement vrai pour les plus jeunes : 42% des moins de 25 ans affirment avoir plus lu pendant le premier confinement, contre 31% des 25-34 ans et 27% des plus de 65 ans. Les français ont principalement lu pour lutter contre l’ennui (43%), se déconnecter de l’actualité (34%) et pour éviter de rester trop longtemps sur les réseaux sociaux (31%). "Les lecteurs se sont dirigés en priorité vers leurs genres préférés", précise l’étude. Les romans policiers et la fiction contemporaine ont respectivement conquis 35% et 25% des sondés au cours des confinements. Les romans fantastiques, les biographies, les classiques de littérature et les ouvrages scientifiques ont été moins lus qu’en temps normal. En revanche, la poésie rencontre un franc succès et est deux fois plus citée (7%) que d’habitude. Autre donnée importante de l'étude : 85% des sondés ont affirmé leur hostilité à une fermeture des librairies en cas de nouveau confinement (91% pour les 65 ans et plus).

 

La lecture : refuge des français confinés

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Publié le 6 Janvier 2021

Ces dernières semaines, après ma boulimie de lecture de l'année 2020, je me retrouve dans un creux de vague. L'envie de lire est moins là. Pour autant, les soirées d'hiver ne se perdent pas : outre les réunions de fin d'année en famille, elles sont l'occasion de visionner des films en amoureux sous la couette. J'ai notamment vu les adaptations suivantes :

 

  • Police d'Hugo Boris, un huit-clos sensible et questionnant sur le quotidien des flics, oscillant sans cesse entre l'anecdotique et le tragique. Avec notamment les acteurs Omar Sy et Virginie Efira.

 

VERDICT : une mise en scène assez fidèle mais trop lente.

 

 

  • Petit pays de Gaël Faye (aussi commenté dans sa version audio), qu'on ne présente plus tellement il est grand ! Dans les années 1990, un petit garçon vit au Burundi avec son père, un entrepreneur français, sa mère rwandaise et sa petite sœur. Il passe son temps à faire les quatre cents coups avec ses copains de classe jusqu'à ce que la guerre civile éclate, mettant fin à l'innocence de son enfance. Avec notamment Jean-Paul Rouve dans le rôle du père.

 

VERDICT : une claque, comme le livre. Le film m'a pourtant paru plus pudique.

 

 

 

 

Par ailleurs, j'espère que la dernière commande passée au lycée me remettra le pied à l'étrier de la lecture. J'ai notamment envie de découvrir des bandes dessinées, des recueils poétiques et bien sûr des romans :

 

  • Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert
  • Peau d'Homme d'Hubert Zanzim
  • Dans l'enclos des hanches de Lysiane Rakotoson
  • Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse de Mathias Malzieu et Daria Nelson
  • Soulagements 2 : Tropiques printaniers de Falmarès
  • L'anomalie d'Hervé Le Tellier
  • Les impatientes de Djaïli Amadou Amal
  • La famille Martin de David Foenkinos
  • Fin de saison de Thomas Vinau

 

 

 

Enfin, la rentrée littéraire de janvier est l'occasion de constater la sortie de romans en format poche que je vous invite à découvrir : Les choses humaines de Karine Tuil dont je parlais en avril dernier et dont j'aime beaucoup la couverture choisie pour cette nouvelle édition ainsi que Le discours de Fabrice Caro ou encore Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schimtt. Il y a aussi Les lendemains, le deuxième roman de Mélissa Da Costa. Je suis passée à côté de sa sortie il y a quelques mois mais j'avais aimé Tout le bleu du ciel.