Tais-toi et pardonne !

Publié le 22 Novembre 2011

Suite à l'intervention de Laurent de Villiers

sur le plateau de l'émission On n'est pas couché animée par Laurent Ruquier

 

 

La quatrième de couverture :

"Aujourd'hui, je suis seul. Je n'ai plus rien, plus de frères, de soeurs, de père, ni de mère. La justice m'a donné tort mais je sais aussi que je ne dois pas me taire."

 

Mon avis :

Le témoignage de Laurent de Villiers est poignant. Tout en pudeur mais aussi sans concessions. Revenant sur les faits (les abus sexuels de son frère aîné Guillaume) et sur ses démarches judiciaires relativement récentes mais aussi et surtout sur son enfance et son adolescence. Laurent de Villiers se raconte et raconte son univers familial aux valeurs catholiques radicales. La vie de sa famille totalement mêlée à la carrière politique du père, Philippe de Villiers, et aux valeurs d'une certaine extrème droite vendéenne que chacun se doit de protéger à tout prix... même au prix du silence et du mensonge. Au travers des anecdotes rapportées dans le livre, un portrait peu flatteur de la Vendée est dépeint et pointe du doigt les caractéristiques d'un milieu aristocrate catholique. Il suffit pour s'en donner une idée de consulter - sans évincer un grain d'ironie - quelques titres de chapitres : "Une famille idéale", "Un jubilé pour la Vendée", "Scout toujours", "Etre ou ne pas être un Villiers", "Maman, Dieu et la soeur", "Rien n'a changé", "Au secours !"...

Comme le souligne Isabelle Aubry (présidente de l'Association internationale des victimes d'inceste) dans la préface du livre : "Après avoir subi les menaces, le chantage de l'agresseur, la honte et la culpabilité, la victime met en moyenne seize ans avant d'évoquer son vécu". Enfin convaincu de la nécessité pour lui de faire la lumière sur les faits et suite à ses démarches, Laurent de Villiers n'a pourtant obtenu qu'un non-lieu. Une fois refermé ce livre on ne peut que souhaiter que lui soit accordé le statut de victime. Les bénéfices issus des ventes du livre sont d'ailleurs reversés à une association de protection de l'enfance. Laurent de Villiers considère maintenant avoir fait son deuil : "Deuil de l'amour filial, deuil de la réconciliation familiale, deuil de la justice. Mais aussi deuil de la haine, de la vengeance. Tout cela est bien loin."

Un témoignage bien écrit et essentiel pour comprendre à quel point un enfant peut se retrouver muré dans une consternante culpabilité et une atroce souffrance en ayant subi l'inceste et les pressions familiales et sociales.

 

 

De Villiers, Laurent.

Tais-toi et pardonne !

Ed. Flammarion

2011/291 p.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Commenter cet article

Magic'Doc' 24/11/2011 21:34


J'ai également vu (et surtout écouté !) Laurent de Villiers chez Ruquier et comme toi ça m'a donné envie de lire son livre. Ta critique me conforte dans ce choix !

Nota bene* 25/11/2011 19:48



Mes origines vendéennes ne sont probablement pas étrangères à cette critique plutôt positive mais je ne peux que t'encourager à découvrir son histoire !