Le passeur

Publié le 27 Avril 2010

Intriguée par l'élogieuse critique du travail de Loïs Lowry faite par Faelys

et tentée par le caractère apparement dystopique du roman,

j'ai profité de la fin des vacances de Pâques pour dévorer Le passeur, paru en France en 1994.

 

Le-passeur.jpg

 

 

La quatrième de couverture :

 

"Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire."

 

 

Mon avis :

 

Comme cela a déjà été signalé, il ne faut pas s'arrêter à la première de couverture, qui ne reflète pas l'ambiance du roman. En vérité, le lecteur est transporté dans un tout autre monde que le sien et n'en sort pas facilement ! Ce roman d'anticipation nous présente une société - une "communauté" - où règne le primat de l'Identique, au nom de l'intérêt du système. Ainsi, il n'y a plus de divorce, de chômage, de guerre... L'harmonie semble régner, la communauté étant dirigée par des Sages. Ils sont chargés de constituer les cellules familiales et d'affecter chaque individu dans une voie professionnelle donnée, lors de la "Cérémonie des 12 ans". Ainsi, chacun à son utilité au sein de la communauté et en est satisfait. On ne parle plus de filles ou de garçons mais "d'individus féminins" et "d'individus masculins". Certains nouveaux-nés trop faibles et les personnes âgées sont "élargis". La plupart des citoyens pensent qu'ils sont envoyés dans une autre communauté, un "Ailleurs". Là, je pense que vous avez saisis que notre utopie dérape...

 

Le personnage que nous suivons est Jonas, un individu masculin de 11 ans. Il s'apprète à devenir adulte et à se voir affecter sa fonction professionnelle à la prochaine "Cérémonie des 12 ans". Mais jamais il n'aurait imaginer une telle fonction... Il va en effet se voir nommer "Dépositaire de la mémoire". Il faut ainsi attendre le milieu du roman pour savoir qui est le "Passeur" qui le guidera dans sa découverte des souvenirs, des émotions, des couleurs... qui n'existent plus pour les autres membres de la communauté.

 

Cette histoire dans laquelle évolue le héro nous fait aborder des thèmes tels que : le totalitarisme, l'altérité, la liberté de choix, la mémoire, l'identité... C'est écrit de manière étonnement simple et fluide et c'est pourtant riche de sens. La fin n'est pas celle que j'aurais préférée. Toutefois, je reste sur une bonne impression. On est avec ce roman dans un univers qui renvoie à de multiples références, aussi bien classiques telles que George Orwell ou Aldous Huxley mais aussi plus contemporaines. On peut notamment penser à des films tels que : The Truman show (1998), Equilibrium (2002), The Island (2004), etc. Si une découverte SF vous tente, n'hésitez pas ! 

 

 

Extrait :

 

"Jonas haussa les épaules. Cela ne l'inquiétait pas. Comment quelqu'un pourrait-il ne pas s'intégrer ? La communauté était si méticuleusement réglée, les choix étaient pris avec tant de soin !

Même l'union des conjoints était étudiée tellement à fond qu'un adulte qui avait déposé une demande pour recevoir un conjoint pouvait attendre des mois ou parfois même des années avant qu'une union ne soit approuvée et annoncée. Tous les facteurs - caractères, niveau d'énergie, intelligence et centres d'intérêt - devaient se correspondre et s'équilibrer parfaitement. La mère de Jonas, par exemple, avait une intelligence plus élevée que son père ; mais son père était d'un tempérament plus calme. Ils s'équilibraient. Leur union, qui comme toutes les unions avait été surveillée pendant trois ans par le Comité des sages avant qu'ils ne puissent déposer une demande d'enfant, était une union réussie.

Tout comme l'union des conjoints ou le placement des enfants, les attributions étaient scrupuleusement mises au point par le Comité des sages.

Il était sûr que son attribution, quelle qu'elle fût, ainsi que celle d'Asher, serait la bonne. Il avait juste hâte que la pause déjeuner se termine, que le public retourne dans l'auditorium et que le suspens s'achève.

Comme en réponse à ce voeu non formulé, le signal retentit et la foule se dirigea vers les portes."

[pp.84 à 86]

 

 

Lowry, Loïs.

Le passeur

Ed. L'école des loisirs

Coll. Médium

1994/288 p.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Commenter cet article

Luna 11/05/2011 09:48



Le passeur est vraiment un grand livre, le genre qui ne laisse pas indemne. Je trouve qu'il serait dommage de ne pas le lire !


Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur mon blog...


 


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!



Nota bene* 11/05/2011 11:01



Merci et à toi aussi !



Minyu 22/08/2010 13:37



Moi aussi je l'ai beaucoup aimé ! Je l'ai lu entièrement pendant un voyage en train. Par contre je n'ai pas compris la fin... Mais comme je viens d'apprendre que c'est le premier tome d'une
trilogie... Peut-être que c'est mieux expliqué dans les deux autres tomes...?



Nota bene* 23/08/2010 10:45



Je ne sais pas mais j'ai moi aussi été un peu déçue par la fin.



Laurence Dussart-Jourliac 30/04/2010 10:49



Un des premiers livre jeunesse que j'ai eu entre les mains et j'en garde un très bon souvenir. ça me fait aussi penser à "bienvenue à Gattaca", la série "Le prisonnier" et "la chèvre de monsieur
Seguin"... ben oui !



faelys 28/04/2010 21:15



HA!!! enfin tu as découvert cette magnifique pépite!! c'est mon oeuvre préférée, mon repère et mon remède, je suis ravie que tu sois charmée également! j'en avais fait la critique aussi. Tu n'as plus qu'à lire "L'élue" et "Messager"..et merci de
m'avoir fait découvrir le site " le littéraire", je ne connaissais pas!



Nota bene* 28/04/2010 21:35



C'est vrai que je n'ai pas précisé que le roman fait partie d'une trilogie ! Et d'ailleurs, y a t-il un ordre pour les lire ?? En tout cas merci à toi pour cette belle découverte !