Publié le 11 Avril 2014

Florian Reynaud, nouveau président de la Fadben, fait part dans le dernier numéro en date de la revue InterCDI (n°248 de mars-avril 2014) de son désir de s'inscrire dans une continuité d'action suite au mandat de l'ancienne présidente Martine Ernoult et de son souci de porter à la fois le texte du Manifeste 2012, la construction du curriculum info-documentaire et le débat lancé au sein de la profession sur l'organisation d'un service d'enseignement dans le cadre de la Loi pour la refondation de l'Ecole. Souhaitons-lui de porter loin les ambitions de l'association !

 

Publié le 7 Avril 2014

Un manga de la sélection du Prix Mangalu 2014 :

 

Cerisiers fleurissent malgré tout (Les) tome 1

 

 

La quatrième de couverture :

 

Japon, 11 mars 2011, un tremblement de terre, un tsunami, Fukushima. Est-il possible de faire des projets après cela ? Quand une promesse devient hommage.

 

 

Mon avis :

 

Une couverture et un titre séduisants promettaient un récit tout en nuances tendres et poignantes. L'aspect biographique du récit se ressent en effet pleinement par le biais d'un découpage en deux parties. On découvre dabord l'enfance de l'héroïne, Itsuko, marquée par la maladie. Puis, on retrouve la jeune fille vivant en Italie avec son compagnon. Elle va alors vivre la catastrophe de Fukushima à distance, s'inquiétant pour ses proches et l'état de son pays natal.

Mon avis n'est que mitigé. Dans la première partie du récit, les codes graphiques du manga m'ont gêné ; gouttes de honte et autres veines de colères ne sont décidément pas mon truc. Par la suite, je n'ai pas été traversée par l'inquiétude ressentie par Itsuko. J'ai trouvé qu'en voulant faire un récit intimiste, l'auteur n'avait finalement produit qu'une histoire sans intéret majeur, où rien d'important ne se passe vraiment. On reste sur sa fin, se demandant quel lien tisser entre les deux parties du récit qui semblent quelque peu déconnectées l'une de l'autre. Toutefois, certains lecteurs seront sans doute sensibles au message d'espoir véhiculé à travers la référence à la force de la nature et notamment aux cerisiers  japonais qui fleurissent... malgré tout.

Par ailleurs, on peut s'attarder sur la fin de l'ouvrage qui propose quelques crayonnés et commentaires de l'auteur permettant de comprendre la génèse de son travail.

 

 

Ichiguchi, Keiko.

Les cerisiers fleurissent malgré tout

Ed. Kana

2013/122 p.

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Publié le 2 Avril 2014

Hier nous étions le 1er avril. Même que j'ai eu droit à un poisson collé sur mon blouson par une espiègle adolescente de 5e pendant le Club SF. Par contre, ce dont les élèves ne se doutaient pas, c'est que certains professeurs avaient eux aussi envie de s'amuser ce jour-là.

 

Niveau de classe : 5e

Objectif de la séquence : connaître l'importance d'évaluer et savoir évaluer la fiabilité d'une source d'information, en particulier sur le web.

Notions abordées : source d'information / fiabilité d'une source d'information.

Pré-requis : savoir naviguer sur un site web.

Modalités d'organisation : en présence du professeur-documentaliste et du professeur d'histoire-géographie / en salle multimédia.

Nombre de séances : deux séances de 55 min.

Evaluation : formative / sommative : validation de la compétence 2 du domaine 4 du B2i collège : "Identifier, trier et évaluer des ressources".

 

Documentation

 

Le déroulement de la première séance :

  • Installation / appel des élèves (5 min.)
  • Introduction / énoncé des consignes / formation des groupes / attribution des sujets (10 min.)
  • Phase de recherche / prise de notes (20 min.)
  • Restitution orale (15 min.)
  • Révélation de la supercherie / explicitation de l'objectif de la séquence (5 min.)

 

Les sujets et sites attribués à chacun des groupes (environ 8 x 3 élèves) :

 

Bilan et perspectives :

La séance (expérimentée avec deux classes différentes) a bien fonctionné. Les élèves sont tombés dans le panneau... sauf ceux travaillant sur les graines de menhirs. Balayer leurs doutes et leurs railleries a permis de ne pas mettre la puce à l'oreille des autres mais lors de la séance avec la deuxième classe nous avons fait en sorte de remplacer ce canular un peu trop "gros" par un autre. Il était important que cette première séance se passe bien, l'efficacité pédagogique de la suivante reposant en partie sur l'effet de surprise initial.

 

 

Le déroulement de la deuxième séance :

  • Installation / appel des élèves (5 min.)
  • Visionnage commun de la vidéo Vinz et Lou : Tout n'est pas toujours vrai sur Internet (2 min.)
  • Distribution des cartes postales Vinz et Lou (1 min.)
  • Remue-méninges commun sur les critères d'évaluation de la fiabilité d'un site web à observer pour leurs futures recherches d'information / construction d'une grille de critères au tableau (10 min.)
  • Formation des groupes / énoncé des consignes (2 min.)
  • Phase de recherche (20 min.)
  • Restitution orale (15 min.)

 

Bilan et perspectives :

[Mise à jour du 10 avril 2014]

La deuxième séance s'est plutôt bien déroulée, davantage pour la deuxième classe que pour la première car nous avons mieux encadrée la recherche en fournissant une grille de critères sur papier une fois le remue-méninge effectué et en réduisant le nombre de sites à visiter. Le remue-méninge était plutôt pauvre dans chacune des classes. Cela m'a contrarié au départ puis je me suis rendue compte que la phase de recherche de la deuxième séance était justement là pour leur permettre de se confronter à ces critères et se les approprier. Séquence plutôt réussie dans l'ensemble donc... à vérifier lors de futures interventions !

 

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je prof-doc

Partager cet article

Publié le 2 Avril 2014

Une prof-doc doit savoir faire preuve de réactivité :

 

"Madame, comment on dit "faire du patins à glace" en anglais ?"

(Fastoche : "ice skating")

 

"Madame, j'comprends pas l'exercice de maths."

(Alors, comment dire... tu ne t'adresses pas à la bonne personne)

 

"Madame, j'trouve pas l'attribut du sujet..."

(Regardons cet exercice de français de plus près)

 

"Madame, Dublin c'est bien en Allemagne ?"

(Oui bien sûr... heu non non non ! ... ou ce qui arrive quand on fait deux choses en même temps)

 

"Mais madame sérieux c'est d'leur faute y nous sont passés d'vant, y z'ont fait ça en juifs !"

(Comment ?!!)

 

"Madame, vous z'avez pas la suite des One piece ? Bon... alors vous auriez un manga à me proposer ?"

(Joie de faire passer ce grand gaillard de 3e de One piece à Un ciel radieux)

 

 

Publié le 1 Avril 2014

Un point sur le Club SF :

 

  • Dès la rentrée de janvier, les élèves se sont attelés comme prévu à la confection d'une exposition sur la dystopie et sur l'auteur Yves Grevet. Ils ont eu le plaisir de le rencontrer fin février.
  • Après des vacances bien méritées, une courte séance a été consacrée à la rédaction de leurs impressions sur cette rencontre. Ensuite, après plusieurs propositions d'activités de ma part, il a été décidé de visionner et analyser le film Time out.
  • Pour l'instant, une séance a été consacrée au visionnage du premier tiers du film. Lors de la deuxième qui devait nous permettre de regarder la suite, ma clé USB malencontreusement oubliée nous a permis d'évoquer la question des manipulations génétiques (point de départ de la société future représentée dans le film). Je me suis appuyée pour cela sur la chronologie interactive du site de la formidable exposition de la Cité des sciences "Science et fiction : aventures croisées".
  • La prochaine séance devrait donc cette fois-ci être consacrée au visionnage de la suite du film.

 

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Club SF

Partager cet article

Publié le 31 Mars 2014

Ce mois-ci, après deux semaines de vacances délicieusement ensoleillées :

 

Les derniers cours d'IRD 6e (6 x 2h pour l'auto-évaluation du devoir de vacances et une séance sur la presse écrite),

7 x 1h avec une classe de 6e dans le cadre du cours de français pour un travail et son compte-rendu oral sur Ulysse,

2 x 1h avec les 3e impliqués dans le Prix Chronos,

2 séances de Club SF,

L'installation de la Semaine de la presse,

La conception et la correction d'une première partie des quiz de la Semaine de la presse,

La préparation de séances sur la fiabilité des sites web en direction de deux classes de 5e en collaboration avec leur professeur d'histoire-géo pour le début du mois d'avril,

La préparation d'une commande d'ouvrages,

Et sur mon temps personnel : une conférence sur les Google glass et un comité de lecture associatif.

 

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je prof-doc

Partager cet article

Publié le 31 Mars 2014

Her

Her

L'anticipation d'un monde pas si futuriste que ça

où naît une histoire d'amour connectée pour le moins déstabilisante.

Il vous faut voir ce film puis en lire la critique d'Olivier Ertzschied.

 

 

Dans l'ombre de Mary

Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney

Une interprétation réussie qui fera couler des armes

à ceux et celles qui comme moi ont grandi à l'ombre des deux grandes oreilles noires.

 

 

Publié le 30 Mars 2014

Un album d'un format particulièrement grand,

en hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale :

 

14-18 : une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux

 

 

Mon avis :

 

"Chère Adèle, il n'y a plus de mots pour décrire ce que je vis". C'est sur ces mots que s'ouvre l'album. Il se poursuit par une série d'illustrations saisissantes aux tons sépia, s'enchaînant par associations d'idées : de l'obus qui explose au lapin aux aguets, du pou à la tranchée enneigée... Les portraits des poilus aux "gueules cassées" porte l'horreur à son paroxysme. Ils sont difficilement soutenables.

En fin d'ouvrage, on découvre une enveloppe contenant une lettre d'Adèle. Plus qu'une réponse aux mots de Gustave qui ouvraient l'album, j'ai interprété la lettre comme celle qui pouvait précéder ses mots. La femme du poilu nous fait part de son dur quotidien, de ses angoisses mais aussi de son espoir de revoir celui qu'elle aime. Elle s'inquiète du silence de Gustave "Tes dernières lettres m'inquiètent. Pourquoi tu ne me racontes plus rien ? [...] Dans ta dernière lettre, ces deux mots "ça va" m'ont glacé le sang". Elle termine par cet impératif : "RENTRE VIVANT" !

Feuilleter cet album revient à respecter une minute de silence. Comme l'explique l'éditeur : "Cette minute de silence correspond aux conditions presque réelles de lecture de l'album". C'est donc un véritable et percutant hommage aux soldats de la Grande Guerre, dénonçant l'atrocité de la guerre, que propose Thierry Dedieu.

 

 

Dedieu, Thierry.

14-18 : une minute de silence à nos grands-pères courageux

Ed. du Seuil

2014/sans pagination

 

Rédigé par Nota Bene

Publié dans #Je lis

Partager cet article