0.4

Publié le 11 Juin 2011

 

Pour ne pas déroger à mon habitude, voici ma critique d'un roman jeunesse de SF.

 

 

La quatrième de couverture :

Quand ils se sont réveillés, leurs amis, leurs parents, leurs voisins, tout le monde avait changé. Tout le monde, sauf eux quatre.

 

Mon avis :

Voici une lecture comme je les aime, avec un suspens matiné de réflexion philosophiqe. 0.4 est un roman original qui tient son lecteur en haleine. Déjà son titre et sa couverture étranges ne laissent pas indifférent ! Par la suite, les notes de l'éditeur ajoutent à cette étrangeté et au suspens. En effet, l'auteur du livre se présente comme un éditeur d'une civilisation future qui, ayant retrouvé sur des cassettes audio le témoignage d'un certain Kyle Straker, a décidé de les retranscrire par un objet tout aussi antique que la cassette : le livre. Le récit est ainsi entrecoupé de notes ayant pour but d'expliciter au lecteur supposé certains points de civilisation du lointain XXIe siècle.

L'intrigue en elle-même est passionnante. Quatre adolescents, dont Kyle qui nous livre son témoignage, se réveillent après une séance d'hypnose et découvrent que tout les autres habitants du village ont mystérieusement changés... De plus, les appareils de communication ne fonctionnent plus. L'histoire et ses questions s'enchaînent ensuite de façon déroutante. Le style est agréable et l'intrigue ne comporte aucun temps mort. A ce roman de SF, qui se suffit pourtant à lui-même, est prévu une suite qui paraîtra en janvier 2012 en Angleterre.

 

0

On peut noter que la couverture de la version britannique est plus attractive. Elle en dit plus aussi, sans pour autant compromettre l'intrigue. En revanche, le titre de la version américaine (Human.4) est à mon sens un peu trop explicite.

 

Des extraits :

 

  • "Ils sont par rapport à nous ce que nous sommes par rapport aux grands singes." (p. 71)

 

  • "Je bouchais les trous avec ce que je savais, et je peignais le tout en vert martien." (p. 75)

 

  • "Le docteur avait dit que j'étais un "zéro quatre", et qu'il faudrait "s'occuper de moi". Est-ce que ça faisait de tout le reste du village, de tous ceux que je connaissais, des membres de l'autre groupe ? Zéro quatre... ça faisait quatre dixièmes. Quatre sur dix. Deux cinquièmes. Etait-ce le nombre de ceux qui étaient restés comme moi ? Est-ce que les autres, les zéro six, avaient subi je ne sais quel changement ? 0,6. Six dixièmes. Plus de la moitié. Est-ce que je faisais désormais partie d'une minorité ?" (p. 119)

 

  • "La seule hypothèse qui me paraissait envisageable parmi toutes celles qu'elle venait de proposer - celle qu'on soit encore en transe et que tout cela ne soit qu'un fantasme - était justement celle qui était impossible à vérifier. C'était comme la vieille question sur laquelle reposait le film Matrix : comment être sûr qu'on n'est pas juste un cerveau dans un bocal, soumis à un programme de réalité virtuelle sophistiqué à l'exécution sans faille ? C'est simple : impossible. Donc, ça n'a pas beaucoup de sens de tourner autour. Si on découvrait en se réveillant que la journée n'avait été qu'un drôle de rêve, ce serait génial, mais on ne pouvait pas tabler dessus." (p. 146)

 

Mike A. Lancaster

 

Plus d'infos sur :

Lirado

BlOg-O-nOisettes

 

A. Lancaster, Mike.

0.4

Ed. Nathan

Coll. Blast

2011/254 p.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Commenter cet article

faelys 14/06/2011 11:38



moi aussi j'avais été très agréablement surprise par ce roman!



Petite Noisette 13/06/2011 17:47



Contente que tu ai aimé !



Nota bene* 14/06/2011 10:17


Oui j'avais repéré ce roman en librairie depuis un petit moment sans me décider à l'acheter... ta critique enthousiaste m'a finalement décidée !