E-books

Publié le 14 Décembre 2008

Depuis les tablettes d'argile et les papyrus, le support "livre" a fait du chemin. L'ère du numérique lui réserve encore des surprises. Pour tourner la page, appuyez sur le bouton : voici désormais le nouveau credo des lecteurs. Les e-books ou livres électroniques (ou encore readers) font leur apparition.

 

 

L’essor des technologies de l’information et de la communication a détrôné la suprématie du support papier. Les avantages d’Internet font de lui le médiateur privilégié de l’information écrite. Sa capacité de mémoire importante, sa facilité d’accès à des contenus actualisés et disponible de n’importe où, sa facilité à retrouver une information précise sont autant de ses atouts. Ainsi, le document se dématérialise et les rapports à l’écrit s’en trouvent modifiés : on parle désormais de e-commerce (commerce électronique), de e-ink (encre électronique) et de e-book (livre électronique).

Les
e-books lancés sur le marché reprennent les qualités essentielles du support numérique à savoir l’interactivité. De la taille d’un livre de poche, l’épaisseur d’un magazine et le poids d’un téléphone portable, les nouveaux livres électroniques n’en peuvent pas moins contenir toute une bibliothèque. La transporter au creux de sa main et la consulter n’importe où est désormais possible.

 

Mais son mimétisme du support papier positionne le livre électronique dans un contexte de références socio-culturelles établies par ailleurs. En effet, les caractéristiques de mise en page du livre sont reprises en quasi intégralité. Certes le texte peut être découpé et structuré sous forme de plusieurs fenêtres ou liens hypertextes, mais la structure n’en reste pas moins une page. Le système de liens se base sur celui des index, tables des matières, paginations, notes et renvois du traditionnel livre papier. Seul reste unique alors son caractère immatériel.

La progressive généralisation des livres numériques (c'est-à-dire les versions numérisées du livre) et des livres électroniques (c'est-à-dire les supports de lecture portables) bouleverse les pratiques. Mais, au lieu de fragiliser le support papier riche de son histoire, elles semblent s’ajouter aux anciennes et en compléter le champ des possibles. Au-delà du livre, c’est le futur du texte en lui-même dont il est question. Ainsi, on peut prendre conscience que l’importante question qui se pose au travers de l’émergence du livre électronique n’est pas l’avenir - voire la survie - de l’imprimé mais celle de la conception de ce qu’est l’action même de lire.

Des références :

Les nouveaux objets de lecture, dossier de la BBF, 2000
Livre électronique, livre numérique, dossier d'Educnet
Le livre numérique pour les nuls, sur l'Express
L'arrivée du Reader de Sony sur le marché français rapportée par Bibliobs
Le livre numérique progresse, Europeana piètine, sur Fluctuat.net

 

 

 

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article
M
J'ai eu plaisir à lire cette article qui laisse entrevoir les vrais questions que pose le support numérique et pas simplement s'arrêter aux apriori que l'on peut avoir face à l'innovation technologique.
En effet, cela va changer notre rapport aux livres et à la lecture comme internet à pu changer l'accès à l'information... Cependant le e-book est simplement un support de plus pour lire et il ne faut pas le voir comme l'assassin du livre. La technologie du e-book est très impressionnante car elle apporte la notion de e-ink (cité dans l'article). En effet, nous ne parlons pas d'un écran lcd classic dimensionné comme une page de livre. Le e-book utilise l'encre numérique, chaque cellule est polarisé pour afficher du noir ou du blanc sans retro-éclairage ce qui permet d'avoir un confort de lecture à l'image du papier. Le e-book sera donc particulièrement utile pour lire des documents numérique dans le milieu professionnel par exemple...
Répondre