BCDI vs PMB

Publié le 7 Octobre 2009

 

 

J'ai assisté il y a deux semaines à l'IUFM à mon premier cours d'informatique documentaire.

Il est prévu que 15h soient consacrées à l'approfondissement de la formation au logiciel documentaire BCDI d'une part et à l'initiation au logiciel PMB d'autre part. En effet, les académies de Rennes (cf. 
PMB, un nouveau logiciel documentaire) et Toulouse (cf. PMB et la politique documentaire académique) sont les seules académies ayant axées leur politique vers le logiciel libre.

Bien que mon établissement utilise BCDI, je trouve pertinent de nous former également à PMB afin que nous puissions envisager sereinement notre année de titularisation (sans craindre d'avoir à s'adapter à un nouveau logiciel à la dernière minute !). Ainsi, j'ai enfin pu commencer à cerner les différences de ces deux logiciels, leurs intérets et inconvénients respectifs. Je vous livre ici quelques pistes et suis intéressée par les commentaires que vous pourriez faire sur le sujet (abordez-vous la formation à PMB dans votre IUFM, l'utilisez-vous dans votre établissement ou envisagez-vous de changer de logiciel... ? Quelles autres différences repérées ?).

 

 

 

 

BCDI 

PMB 

 

Avantages

 

Spécifiquement adapté à la recherche documentaire (PMB étant un SIGB, système intégré de gestion de bibliothèque) 

Garantissant une certaine pérennité du service, une mise à jour automatique des logiciels et une compatibilité entre les différentes versions de BCDI 


Gratuit

 

Fonctionnant en fullweb
(c’est-à-dire via un navigateur)

 

Comprenant un module DSI
(diffusion sélective de l’information)

 

Comprenant la possibilité d’effectuer un prêt express qui permet de prêter un document sans l’avoir catalogué auparavant
 

 

 
Inconvénients

 

Payant
d’autant plus souvent depuis l’existence
de BCDI abonnement

 

 

Sans certaines fonctionnalités
du type prêt express ou DSI
 

 

 
Ayant une ergonomie générale moins « intuitive » ? 

 

Obligeant à copier-coller les descripteurs Motbis lorsque le thésaurus de l’UNESCO
(utilisé par défaut) ne suffit pas 

 

 
Remarques

 

est sortie le 1er septembre 2009.


Il revient à l’administrateur de donner un n° d’exemplaire au document

 

(il n’est pas donné par défaut par le logiciel comme sous BCDI) il est donc d’autant plus intéressant d’utiliser des codes-barres.
 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #J'ai étudié, #Je veille

Partager cet article

Commenter cet article