Métamorphose en bord de ciel

Publié le 31 Mai 2011

Vu avec ravissement sur un présentoir lors d'une visite en librairie :

le dernier ouvrage de Mathias Malzieu !

 

MetamorphoseEnBordDeCielapercu

 

 

La quatrième de couverture :

 

Tom Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire, lui valant des jours heureux. Jusqu'à ce qu'un médecin le soignant pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu'il appelle "la Betterave". Lors d'une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l'hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de dévorer les nuages rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : "Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l'amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter."

 

 

Mon avis :

 

Encore une fois, Mathias Malzieu nous transporte dans un monde plein de poésie. Il n'y a que lui pour user de métaphores, métonymies et oxymores dans une veine aussi inattendue que fantastique. J'ai eu plaisir à retrouver son écriture imagée, tendre et forte. Au travers de son formidable travail littéraire, on retrouve ici encore les thèmes du combat contre la maladie, de la mort, de la rencontre amoureuse, de l'acceptation de soi et de l'autre, de l'envie de vivre sans entrave... En bref : un agréable moment de lecture qui débride l'imagination !

 

Pour l'anecdote, voici des phrases qui j'ai immédiatement associées en lisant la fin du roman. Mathias Malzieu serait-il redondant... ou enclin au clin d'oeil ?

  • La mécanique du coeur : "Imperceptiblement, je me laisse tomber amoureux. Perceptiblement, aussi."
  • Métamorphose en bord de ciel (p. 154) : "Je retiens ma respiration. Imperciptiblement, tu quittes mes bras. Perceptiblement, aussi."

 

 

Des extraits :

 

  • "On vient de déposer le sablier du temps qu'il me reste à vivre entre mes mains. Un dé à coudre. Rien qu'un putain de dé à coudre. [...] On me regarde traverser le couloir avec ma dégaine de Twin Tower." (p.22)

 

  • "Un bruissement d'ailes. L'oiselle tire une longue bouffée de cigarette. ses paupières ensevelissent ses pupilles, comme les rideaux à la fin d'un spectacle de marionnettes. elle étend ses bras jusqu'au bout des doigts, plie ses genoux, cambre ses reins et repousse le sol de ses talons plus qu'aiguilles. Ses pieds graciles quittent le sol, ses ailes se déploient, balayant le nuage de fumée. Onctuosité absolue. Les étoiles se penchent pour la regarder et se cognent aux angles des bâtiments. Elle s'envole jusqu'au portique de sa balançoire, se perche sur la barre transversale. La lune est en apnée, amoureuse." (p.63)

 

  • "La nuit a commencé à se dépigmenter." (p.64)

 

  • ""Je m'appelle Endorphine", chuchote-t-elle, en glissant sa main couverte de plumes dans la mienne. Ahurissante de grâce équivoque." (p.64)

 

  • "J'ai beau penser à Endorphine, je ne vis que pour me retrouver dans les bras de Morphine." (p.68)

 

  • "Endorphine cale une Camel light entre les rubis qui lui servent de lèvres et en exhale un cumulus pour Playmobils. Je voudrais être une Camel light. Rouler entre ses doigts, traverser son palais de princesse, me transformer en fumée souple pour descendre en rappel son oesophage et lécher ses seins par l'intérieur avant de finir en fleur de goudron plantée dans ses poumons." (p.73)

 

  • "Dans le silence, le vent reprend ses droits" (p.79)

 

  • "L'effet de surprise gèle mon esprit. Coeur et cerveau en court-circuit. un souffleur de verre tente de donner forme à mes pensées, je commence à ressentir ses étincelles. J'ai dit que je n'avais pas peur, mais je crois que j'ai menti." (p.79)

 

  • "Elle caresse son ventre de plumes telle une cartomancienne sa boule de cristal. Elle parvient plus ou moins à garder contenance en s'allumant une clope. Une armée d'anges passe. Ils se prennent les pieds dans la fumée de sa Camel light." (p.81)

 

  • "Quelque chose m'attire vers le ciel et un autre quelque chose me plaque au sol." (p.84)

 

 

Plus d'infos sur :

 

Le site officiel

Mes anciens billets sur l'auteur (ici, ici ou encore )

 

 

Malzieu, Mathias.

Métamorphose en bord de ciel

Ed. Flammarion

2011/157 p.

 

Rédigé par Nota bene*

Publié dans #Je lis

Partager cet article

Commenter cet article

Aymeric 17/01/2012 06:35


Bonjour,


En ce début d'année, des nouvelles de Tom Cloudman 


http://www.dionyweb.com/site/index.php


Mathias Malzieu va peut-être refaire comme pour la mécanique du coeur : livre, album avec Dionysos puis film d'animation avec Luc Besson prévu cette année.


Bonne année,


 


Aymeric

Nota bene* 17/01/2012 09:18



Merci Aymeric pour ce lien ! Ces premières images sont prometteuses !



Aymeric 03/07/2011 18:07



J'ai découvert votre site en cherchant un avis sur le livre "La Mécanique du coeur". En regardant dans mes favoris vendredi, je revenu sur le site et ai lu les derniers posts. J'ai donc appris
avec un peu de retard que Mathias Malzieu avait sorti un nouveau livre.


J'ai acheté La métamorphose en bord de ciel samedi (j'ai aussi acheté 38 mini Western en format poche) et je l'ai dévoré, un exploit pour moi qui lit surtout des BD. C'est un superbe conte, la
version Luxe ajoute des superbes illustrations, ça doit être mon coté bédephile qui ressurgi. Merci pour votre site, sans lui, je serai surement passé à coté. Je crois que c'est un des rares
romans que je vais relire !


Ca n'a rien à voir, mais en parcourant votre site, j'ai vu que vous lisiez beaucoup de choses, connaissez-vous O.Henry ? C'est un nouvelliste américain du début du siecle, sorte de Maupassant
anglais qui a donné son nom au prix de la nouvelle en langue anglaise. C'est très éloigné du monde Mathias Malzieu, mais j'adore s les 2 et votre avis m'intéresse. Le dernier recueil de nouvelles
se nomme Confession d'un humouriste.



Nota bene* 04/07/2011 10:39



Je suis ravie d'avoir contribuée à vous faire passer un bon moment de lecture ! Pour ma part je n'ai pas eu la version de luxe entre les mains mais je m'en suis faite une idée via les
quelques illustrations du site officiel.


En ce qui concerne O. Henry, ce n'est pas un auteur que je connais... Désolée de ne pas pouvoir vous aider.


Merci de votre visite et à bientôt j'espère !



faelys 01/06/2011 22:19



tiens, j'avais pensé à le chercher et j'ai oublié. ton billet me redonne envie de me mettre à sa recherche!!



Nota bene* 02/06/2011 11:47



Oui, je te le conseille !